L'aide à la mobilité des personnes âgées

À un moment de notre vie, le risque de chutes devient de plus en plus important. Lorsqu'une chute survient, les conséquences peuvent être physiques mais également psychologiques. Elles peuvent d'ailleurs être grave parfois. Mais alors, comment permettre aux personnes âgées de pouvoir remarcher de manière sereine ?

Quelles peuvent être les conséquences d'une chute chez les seniors ?

Dans notre article "La prévention des chutes chez les personnes âgées", nous étions déjà revenus sur les conséquences qui peuvent suivre la chute d'un senior. Toutefois, il semble bon de faire un léger rappel pour bien comprendre ce que ce type d'incident peut impliquer. Chaque année et selon SilverEco (2020), les chutes sont la cause de nombreux décès chez les personnes de 65 ans et plus. En effet, ce type d'incident est à l'origine de près de 12 000 décès par an au sein de l'Hexagone. Outre ces décès qui sont bien évidemment le pire, les chutes peuvent également causer des blessures plus ou moins graves. Toujours selon SilverEco (2020), les chutes sont à l'origine de près de 50 000 fractures par an. Bien sûr, au-delà des fractures, il faut également comptabiliser les traumatismes, entorses et tous les autres types de blessures plus ou moins bénignes. Tomber arrive à tout âge mais la gravité de la chute augmente avec l'âge et la réduction de la mobilité. Chuter à 80 ans est malheureusement un accident grave aux conséquences multiples.

Les conséquences immédiates sont donc physiques. Comme vu précédemment, la personne peut être victime de contusion ,hématome, luxation, fracture. Les conséquences secondaires, notamment psychologiques mais pas que, sont liées à la fois au maintien au sol prolongé et au fait que la personne ne puisse plus bouger. Mais, quelles formes prennent ces séquelles ?

  1. Le maintien au sol forcé
    Le maintien au sol forcé, dans une position désagréable et inconfortable est responsable de points de pression prolongés en un même endroit sans possibilité de changer de position. Cette pression excessive, en écrasant les vaisseaux sanguins va supprimer la circulation sanguine, créant progressivement une hypoxie des tissus, c'est-à-dire un manque d'oxygène. Si cette fermeture se prolonge, les tissus vont commencer à s'abîmer plus ou moins rapidement pour donner des plaies qu'on appelle escarre.
     

  2. La phlébite
    La phlébite est définie comme la formation d'un caillot de sang dans une veine qu'elle va obstruer, empêchant le flux sanguin normal. Les phlébites sont favorisées par l'immobilisation car cela entraîne la stagnation du sang dans les veines, ce qui favorise l'apparition du caillot. La phlébite des membres inférieurs est une maladie grave car elle risque une complication aiguë : l'embolie pulmonaire, c'est-à-dire la migration d'un des caillots dans les veines pulmonaires.
     

  3. Le syndrome de rhabdomyolyse
    L'écrasement musculaire prolongé va entrainer une destruction des cellules musculaires dont le contenu est libéré dans la circulation sanguine. Une rhabdomyolyse massive peut mettre en jeu le pronostic vital par l'apparition d'une hyperkaliémie brutale qui peut retentir sur le rythme cardiaque puis d'une insuffisance rénale aiguë.
     

  4. L'hypothermie
    Une hypothermie correspond à une baisse de la température corporelle en dessous de 35°C. Cette baisse de température va se faire très progressivement en cas d'immobilisation au sol en cas exposition prolongée au froid (carrelage de salle de bain, chute sur le palier non chauffé...).
     

  5. L'absence de suivi thérapeutique
    La personne allongée au sol n'a souvent pas accès à son traitement habituel et si le délai se prolonge trop, elle peut rater la prise de plusieurs de ses médicaments. En cas de traitement nécessitant des prises régulières, cela peut avoir de graves conséquences : anticoagulants, traitement du diabète, antiarythmiques…

Et les conséquences sociales ?

En plus des conséquences visibles immédiatement. Certaines conséquences post-chutes sont beaucoup plus discrètes. Pourtant, elles sont autant, voire plus importantes que les premières conséquences physiques. Les chutes peuvent avoir d'importantes conséquences sociales : que ce soit par peur de marcher ou parce qu'il persiste des séquelles fonctionnelles de la chute, la personne âgée voit souvent son autonomie réduite dans les suites de la chute, ce qui peut entraîner une limitation des contacts sociaux. Elle devient dépendante d'une tierce personne ou ne peut plus sortir de chez elle. Pour remédier à cela, il existe plusieurs conseils qu'il est bon de suivre pour s'en sortir :

  1. Aller régulièrement chez le médecin
    Faire des contrôles réguliers chez le médecin traitant et être vigilant sur les effets des traitements médicamenteux (polypharmacologie, benzodiazépines, psychotropes, sédatifs, hypnotiques, anxiolytiques, analgésiques…) est une bonne idée. Personne ne fera un meilleur suivi que le médecin traitant qui suit la personne au quotidien. Aller le voir régulièrement et lui poser des questions peut sembler bon.
     

  2. Faire attention à son alimentation
    Avoir une alimentation équilibrée et riche en calcium permet de limiter la fonte musculaire et le surpoids et de renforcer les os. Là encore, il est possible de demander quelques conseils à un médecin. Un nutritionniste pourra également répondre à l'ensemble de toutes les questions que certains se poseraient.
     

  3. Pratiquer une activité physique
    Maintenir une pratique physique adaptée permet de conserver les capacités cardiorespiratoires et musculaires, le sens de l’équilibre et la souplesse : 20 minutes de marche quotidienne, ainsi que des étirements aideront également une reprise progressive de la marche.
     

  4. Ne pas s'isoler
    Garder un lien social permet d'éviter l’isolement : recevoir au moins une visite par jour et/ou prendre contact quotidiennement avec deux personnes de l’entourage est plus que nécessaire après une chute. S'isoler est réellement la pire des solutions et aggravera les choses.
     

  5. Aménager son intérieur
    Aménager son environnement du quotidien facilitera les déplacements et limitera les situations périlleuses : Fixer les tapis au sol et installer des barres d’appui dans la salle de bain est également une bonne idée.

Comment éviter les récidives de chute ?

Après une chute, il peut arriver que certaines personnes aient du mal à reprendre une vie normale. Certaines personnes ayant chuté ne parviennent plus à marcher comme avant. Cela peut bien entendu provenir de conséquences physiques. Mais la plupart du temps, ces problèmes sont dus à des traumatismes. Il peut arriver que des personnes développent une certaine appréhension après avoir chuté une première fois. Il existe plusieurs solutions d'aide à la marche à choisir en fonction des capacités de la personne âgée ou de la personne souffrant d'un handicap. Ces aides à la marche ont pour but d'assurer la mobilité et les déplacements en toute sécurité au sein de la maison ou à l'extérieur.

  1. Le déambulateur
    Elle est l’une des solutions adaptées les plus répandues. Le déambulateur (ou rollator) permet de disposer d’une aide à la marche des plus efficaces. Ce dispositif vous offre un appui, aussi bien en extérieur qu’à votre domicile. Pliable, il peut facilement se ranger dans le coffre d’une voiture pour vous accompagner lorsque vous partez en balade. Il peut également permettre de vous rattraper en cas de chute.
    Pour plus d'information vous pouvez consulter notre guide: Comment choisir un déambulateur ?
     

  2. Le cadre de marche
    Un cadre de marche vous permettra de vous asseoir ou de vous relever en toute sécurité. Il peut s’avérer utile lorsque vous êtes assis sur un fauteuil ou une chaise. Comme le déambulateur, il peut être équipé de petites roues permettant de faciliter vos déplacements. Il est également utilisable à domicile comme à l’extérieur.
    Pour plus d'information vous pouvez consulter notre guide: Comment utiliser un cadre de marche ?
     

  3.  La canne de marche
    Elle est certainement la solution la plus simple. Pourtant,
    la canne peut s’avérer être l’une de vos aides les plus utiles. La canne de marche permet d’accroître votre stabilité et de compenser votre manque d’équilibre lorsque vous marchez. Certaines cannes possèdent un design original, vous permettant d’exploiter pleinement votre créativité et de vous démarquer. En plus de ça, la plupart des cannes sont désormais pliables. Cela vous permet de les ranger facilement, dans un sac par exemple.
     

  4. Le chariot de course
    Lorsque vous irez faire vos courses, ce chariot sera certainement votre meilleur ami. Il offre un double avantage. Tout d’abord, vous pourrez facilement transporter vos courses. Plus besoin de porter des tonnes et des tonnes de sacs plastiques. Ensuite, le chariot de course vous permet de bénéficier d’un appui à la marche qui passera inaperçu. Le chariot de course est, la plupart du temps, la solution préférée des seniors car elle est la plus discrète et la moins stigmatisante.
     

  5. Les aménagements à domicile
    En plus d’aide adaptée aux extérieurs, vous pouvez également réaliser quelques aménagements à votre domicile. Pensez notamment à bien éclairer votre maison. Avec l’âge, le sens de la vue peut baisser assez soudainement. Un domicile éclairé c’est l’assurance de mieux voir où l’on met les pieds et donc limiter les risques de chute. Les zones présentant des dénivelés, notamment les escaliers, peuvent également être aménager pour réduire les risques.
     

  6. La rampe d'accès
    Lorsque l’on est en fauteuil ou que l’on a tout simplement du mal à marcher, une rampe d’accès peut être extrêmement utile. Ce plan incliné permet de franchir sans difficultés des endroits difficiles comme des trottoirs ou des escaliers. En évitant de devoir enjamber l’obstacle, la rampe d’accès limite donc le risque de chute.
    Pour plus d'information vous pouvez consulter notre guide: Comment choisir une rampe d'accès ?
     

  7. La rampe de seuil
    La rampe de seuil est un type spécifique de rampe permettant de passer une baie vitrée ou un seul de porte. Cette rampe permet donc à un senior de pouvoir sortir de chez lui en toute sérénité. Ce type de rampe peut également être trouvable dans certains magasins pour rendre l’accès plus facile aux personnes à mobilité réduite.
     

   8. La Barre d'appui et la Rampe Main Courante


   9. La barre d’appui et la Rampe Main courante offrent un point d’appui efficace. Positionnés dans des endroits stratégiques comme les toilettes ou la salle de bain, ils sont un soutien important pour limiter les risques

 

Sources 

SilverEco. Chute de la personne âgée : causes, conséquences et prévention (2020, juillet). https://www.silvereco.fr/chute-de-la-personne-agee-causes-consequences-et-prevention/3187245                                               

                                                                                                                                                         

Notre entreprise 
Notre offre
Demandez une documentation :
Nous contacter
Plus d'informations

Minifone est la marque commerciale d’Arkéa Assistance. *Avantages présentés sous réserve de l’ensemble des dispositions légales (notamment fiscales) et des stipulations contractuelles (conditions générales, particulières, et tarifaires), applicables au contrat de téléassistance. Conditions en vigueur au 01/01/2021 et susceptibles d’évolutions. Tarif en vigueur au 01/01/2021. Le contrat de Téléassistance est souscrit auprès d’Arkéa Assistance - S.A. au capital de 1 690 000 euros - Siren : 518 757 166 - RCS Brest - Siège social : 232 rue du Général Paulet - 29200 Brest. Arkéa Assistance est déclaré en tant qu’organisme de Services à la Personne sous le N° SAP518757166. Et si vous souhaitez faire aussi des économies sur votre assurance habitation multirisque avec télésurveillance, pensez à www.homeus.com.