La prévention des chutes chez les personnes âgées

À un moment de notre vie, le risque de chutes devient de plus en plus important. Pour expliquer ce risque, il existe plusieurs facteurs. Dans un premier temps, celui qui semble le plus évident, l’âge. Mais il est loin d’être le seul facteur existant.

Pourquoi les seniors chutent ?

Chaque année, près d'une personne sur quatre âgée de 65 ans ou plus chute. Lorsque l'on avance en âge, les chutes peuvent trouver leur origine dans beaucoup de choses. La plupart n'ont pas lieu dans des environnements inconnus, bien au contraire. Selon l'INPES, 80 % des chutes ont lieu au domicile de la personne ou bien dans l'environnement proche du logement (jardin, terrasse, cave, etc.). Perte d'autonomie, traumatisme physique ou psychologique, perte de confiance en soi... une chute peut avoir de lourdes conséquences sur le quotidien d'une personne âgée. Mais d'abord, quelles sont les causes d'une chute ? Elles peuvent être multiples.

 

SilverEco (2020) dénombre trois facteurs principaux :

  • Les facteurs personnels : Bien évidemment, l'âge entre en compte comme facteur de chute. Toutefois, bien plus que l'âge, ce sont bien l'état de santé mais également les états physiques et psychologiques qui sont à surveiller. Si la personne concernée commence à avoir du mal à être totalement dépendante, il faudra donc adapter son environnement pour éviter les chutes. D'autres éléments comme le poids et la santé mentale rentrent également en compte.
     

  • Les facteurs comportementaux : Au-delà du simple état physique des personnes concernées, les risques de chute sont plus ou moins importants en fonction du comportement des personnes. Cela semble simpliste mais finalement il est bien de la préciser. Plus la personne fera attention et limitera les actions dangereuses pour elle, plus les risques de chute seront amoindris.
     

  • Les facteurs environnementaux : Mais, certaines fois, malgré toute l'attention du monde, c'est le domicile de la personne qui peut s'avérer être un véritable piège. Couloirs trop étroits, pièces trop sombres. Il est nécessaire donc d'adapter son environnement pour qu'il devienne plus praticable, confortable, et donc, moins dangereux. En réalisant quelques modifications à votre domicile, votre proche courra beaucoup moins de risques de chuter.

Quelles sont les principales causes de chute chez les seniors ?

Les chutes arrivent donc la plupart du temps pendant le déroulement des activités quotidiennes. Les tâches ménagères peuvent notamment s'avérer de réels facteurs de risque. Lorsque l'on passe l'aspirateur ou que l'on nettoie sa salle de bain, une chute due à l'inattention peut très vite arriver. D'ailleurs, si une chute sur deux a lieu au domicile, c'est la salle de bain qui s'avère être la pièce de la maison la plus "dangereuse" et notamment la douche ou la baignoire qui sont des surfaces glissantes. Au-delà de ça, il existe beaucoup d'autres origines possibles pour une chute :

  • Des obstacles dans la maison : Comme vu ci-dessus, il est nécessaire que les personnes âgées fasse de leur domicile un lieu entièrement sécurisé. Car dans une maison, nombre d'obstacles peuvent être à l'origine d'une chute. C'est notamment le cas des escaliers, des tapis ou encore des fils électriques. Pour éviter cela, il y a plusieurs solutions. Comme vu précédemment, il est d'ores et déjà possible faire en sorte qu'un domicile soit mieux éclairé. Il est également possible de s'équiper en appareils domotique, par exemple en monte-escaliers. Ainsi, le domicile devient déjà plus agréable.
     

  • Une prise de médicaments : Parfois, une prise de médicaments peut s'avérer dangereuse, en particulier si elle est mélangée à une consommation d'alcool. En effet, une prise de médicaments et/ou d'alcool peut rapidement altérer les sens et faire perdre l'équilibre. Il est donc nécessaire de faire très attention et de bien lire les notices de médicaments avant de les prendre.
     

  • L'âge et les difficultés physiques : C'est le facteur qui semble le plus logique. Pourtant c'est certainement celui qui peut le moins être évité. En effet, plus on avance en âge, plus les troubles de la marche et de l'équilibre apparaissent et, avec eux, les risques de chute. Ces troubles sont parfois accompagnés également de problèmes de vision qui n'aident pas à se déplacer. Être en surpoids ou en situation d'obésité peut également être un facteur aggravant pour les chutes.

Quelles peuvent-être les conséquences d’une chute ?

 

Une chute peut être lourde de conséquences. En 2019, en France, 30% des seniors de plus de 65 ans font une chute dans l’année (Cavey, 2020). Au-delà des séquelles physiques, une chute peut également provoquer un traumatisme psychologique. Les conséquences dépendent bien évidemment de la personne mais également du contexte de la chute. Parmi les conséquences les plus évidentes, il y a les conséquences physiques bien évidemment. Selon l'Inserm, près de 50.000 chutes causent des fractures, notamment du col du fémur, une des blessures les plus récurrentes. Il y a d'autres conséquences à prendre en compte à court terme. C'est notamment le cas lorsqu'une personne âgée chute et ne peut se relever, restant à terre un long moment. En fonction du moment passé à terre, la personne peut souffrir d'hypothermie ou même de déshydratation. Une chute peut également être à l'origine d'une rhabdomylose, à savoir une situation dans laquelle des cellules des muscles squelettiques, se dégradant rapidement, libèrent leur contenu dans la circulation sanguine.

Et les conséquences psychologiques ?

Au-delà des conséquences physiques, ce sont bel et bien les conséquences psychologiques qui sont souvent le plus grave après une chute. Après avoir chuté, une personne âgée peut développer des troubles du comportement. Il peut notamment développer une sorte de traumatisme, d'appréhension pendant ses déplacements. Une perte d'autonomie peut découler de tout cela. En fonction de la gravité des conséquences psychologiques, la personne concernée aura peut-être besoin d'une aide à domicile, au moins quelques temps. Le but est notamment d'éviter à la personne âgée de rompre tout liens sociaux à cause de l'appréhension.

Comment les éviter ?

Comme vu précédemment, bien aménager son domicile diminue considérablement le risque de chutes. Il semble donc bon de surveiller les zones dites "à risque". Dans ces zones-là on peut notamment ranger la cuisine et la salle de bain. Toutefois, il ne faut pas négliger non plus les autres zones considérées comme pouvant être dangereuses. C'est notamment le cas du jardin. En effet, on ne sait jamais ce que l'on peut y trouver. Outils, jouets d'enfants...il est donc bon d'être vigilant. Outre le fait d'adapter son domicile à ses besoins, se maintenir en forme, pratiquer une activité et faire attention à son alimentation permet également de limiter les risques de chute.

Enfin, la solution la plus efficace est sans doute de s’équiper de la téléassistance minifone. En cas de chute vous n’aurez qu’à appuyer sur votre bracelet pour pouvoir contacter notre plateau de téléassistance, 24/7. En quelques secondes seulement, nos opérateurs contactent les services d'urgence et préviennent les proches du senior. 

La téléassistance minifone, c'est la solution pour rassurer le senior et ses proches, permettant  de prolonger efficacement l'autonomie au domicile et de repousser l’entrée en maison de retraite ou en EPHAD.

Sources