Forfait
Liberté

Prix
minifone120€00
Abonnement
mensuel29€90/mois
Ajouter
ce forfait

Forfait
Économique

Prix
minifone120€00
Abonnement
mensuel25€90/mois
Ajouter
ce forfait

Forfait
Classique

Prix
minifone120€00
Abonnement
mensuel29€90/mois
Ajouter
ce forfait

Forfait
Internet

Prix
minifone120€00
Abonnement
mensuel22€90/mois
Ajouter
ce forfait
Valider le panier
sans forfait
"/>Ma téléassistance préférée, c'est là que je l'ai trouvée!Appel gratuit depuis un poste fixe Panier0 article | 0€00

40 %des personnes hospitalisées après une chute ne peuvent plus retourner vivre chez elles.

Source :
http://www.prevention-maison.fr

Chutes personnes âgées : un accident fréquent aux conséquences graves

Introduction

Chaque année en France, les chutes causent 10 000 décès et 50 000 fractures du col du fémur.

Le temps passé au sol après une chute est un élément déterminant du pronostic de la personne. En effet, 40 à 50% des chuteurs ayant passé plus d’une heure au sol décèdent dans l’année qui suit leur chute. D’où la nécessité de mise en place de systèmes de téléassistance efficaces et rapides.

Les chutes en chiffres

+80%
des accidents de la vie des plus de 65 ans

+ de 80%
des plus de 85 ans font au moins une chute dans l’année

6%
des dépenses de santé des plus 75ans

5ème
cause de décès dans les pays industrialisés

Les conséquences

Tomber arrive à tout âge mais la gravité de la chute augmente avec l'âge et la réduction de la mobilité. Chuter à 80 ans est malheureusement un accident grave aux conséquences multiples.

Les conséquences immédiates sont physiques : contusion ,hématome, luxation, fracture. Les conséquences secondaires sont liées à la fois au maintien au sol prolongé et au fait que la personne ne peut plus bouger.

  1. Le maintien au sol forcé, dans une position désagréable et inconfortable est responsable de points de pression prolongés en un même endroit sans possibilité de changer de position. Cette pression excessive, en écrasant les vaisseaux sanguins va supprimer la circulation sanguine, créant progressivement une hypoxie des tissus, c'est-à-dire un manque d'oxygène. Si cette fermeture se prolonge, les tissus vont commencer à s'abîmer plus ou moins rapidement pour donner des plaies qu'on appelle escarre.
  2. La phlébite est définie comme la formation d'un caillot de sang dans une veine qu'elle va obstruer, empêchant le flux sanguin normal. Les phlébites sont favorisées par l'immobilisation car cela entraîne la stagnation du sang dans les veines, ce qui favorise l'apparition du caillot. La phlébite des membres inférieurs est une maladie grave car elle risque une complication aiguë : l'embolie pulmonaire, c'est-à-dire la migration d'un des caillots dans les veines pulmonaires.
  3. Le syndrome de rhabdomyolyse : L'écrasement musculaire prolongé va entrainer une destruction des cellules musculaires dont le contenu est libéré dans la circulation sanguine. Une rhabdomyolyse massive peut mettre en jeu le pronostic vital par l'apparition d'une hyperkaliémie brutale qui peut retentir sur le rythme cardiaque puis d'une insuffisance rénale aiguë.
  4. Hypothermie : Une hypothermie correspond à une baisse de la température corporelle en dessous de 35°C. Cette baisse de température va se faire très progressivement en cas d'immobilisation au sol en cas exposition prolongée au froid (carrelage de salle de bain, chute sur le palier non chauffé...).
  5. Absence de suivi thérapeutique : La personne allongée au sol n'a souvent pas accès à son traitement habituel et si le délai se prolonge trop, elle peut rater la prise de plusieurs de ses médicaments. En cas de traitement nécessitant des prises régulières, cela peut avoir de graves conséquences : anticoagulants, traitement du diabète, antiarythmiques…

Conseil n°1

Dès les 1ers signes de fragilité, s’équiper d’une téléassistance pour préserver son indépendance


Trouver le minifone qui vous convient :

Comparatif

Les conséquences sociales

Les chutes peuvent avoir d'importantes conséquences sociales: que ce soit par peur de marcher ou parce qu'il persiste des séquelles fonctionnelles de la chute, la personne âgée voit souvent son autonomie réduite dans les suites de la chute, ce qui peut entraîner une limitation des contacts sociaux. Elle devient dépendante d'une tierce personne ou ne peut plus sortir de chez elle.

Les conseils pratiques :

  1. Faire des contrôles réguliers chez le médecin traitant et être vigilant sur les effets des traitements médicamenteux : polypharmacologie, benzodiazépines, psychotropes, sédatifs, hypnotiques, anxiolytiques, analgésiques…
  2. Avoir une alimentation équilibrée et riche en calcium afin de limiter la fonte musculaire et le surpoids et pour renforcer les os.
  3. Maintenir une pratique physique adaptée afin de conserver les capacités cardiorespiratoires et musculaires, le sens de l’équilibre et la souplesse : 20 minutes de marche quotidienne, ainsi que des étirements.
  4. Garder un lien social pour éviter l’isolement : recevoir au moins une visite par jour et/ou prendre contact quotidiennement avec deux personnes de l’entourage.
  5. Aménager l’environnement quotidien afin de faciliter les déplacements et de limiter les situations périlleuses : Fixer les tapis au sol et installer des barres d’appui dans la salle de bain.